Compte-rendu du match du 2 février 2019 contre les frogsbeef

Compte-rendu du match du 2 février 2019 contre les frogsbeef

Un compte-rendu dans lequel il sera question d’intempérie, de neige, de match de référence, de Riton beaucoup, de Kanach un peu, de match référence, de victoire enfin et surtout de match de référence.
Un compte-rendu dans lequel on ne parlera par contre pas de la Tournée, ni des nouveaux maillots.

Un terrain praticable malgré les risques de neige et une légère pente

Contexte :

Vous les grouillots qui n’êtes pas membre du bureau vous ne savez pas comment ça se passe mais traditionnellement le mois de janvier est le mois idéal pour annuler des matchs tout en sauvant la face. Le risque de neige lié à des températures basses suffit souvent à effrayer n’importe quel employé municipal d’île de France qui pour sauvegarder le terrain dont il a la charge s’empresse de le déclarer impraticable.
Fort de cette expérience c’est donc sur le mois de janvier que le responsable de match avisé positionne les matchs les plus chiants de son calendrier : les matchs contre les jeunes, les matchs du vendredi soir et bien sûr les matchs au bout du monde. Avec cette méthode et un peu de surbooking l’habile planificateur a ainsi la possibilité de prévoir près de 12 matchs sur le seul mois de janvier sans avoir à en jouer un seul.
Alors bien sûr certains joueurs ont bien compris le coup et profite également de cette période qui pour aller skier en Autriche, qui pour se balader à poil à Budapest, qui pour visiter des maisons.
Môme, notre jeune et talentueux Président, nous avait prévenu par Whatsapp « Préparez-vous à annuler le match de samedi », lui-même ayant déjà pris un rendez-vous ce matin-là pour visiter un manoir à Marly-Marly.
Las, il arrive que les meilleurs plans n’aboutissent pas. En ces temps de réchauffement climatique et de gilets jaunes, qui peut raisonnablement faire confiance à la météo et aux employés municipaux ? C’est donc à l’issue d’un suspens poignant, d’une attente anxieuse, qu’au bout de la nuit, vendredi soir le match contre les Frogsbeef fut confirmé.

« Les territoires perdus du naturisme »

Introduction :
Suite à l‘annulation de l’annulation nous étions donc tous samedi dès potron-minet rassemblé à Maison Lafitte, humide cité francilienne de bord de scène.
Apprenez qu’à Maison Laffitte en plus de son château, de son rond-point et de son fantastique taux d’humidités il y a aussi une île. Et sur cette île il y a un complexe sportif, et dans ce complexe sportif il y a un terrain de rugby, et sur ce terrain de rugby il y a les Frogbeef nos adversaires du jour.

Météo : Température froide mais pas trop, temps humide mais au moins il ne pleut pas, ciel uniformément gris

Terrain : Globalement spongieux avec de l’herbe dessus

C’est avant tout une impression de puissance qui se dégage de cette photo

Les équipes :
Les Frogbeef : Une équipe un peu comme la nôtre, très sympathique, faite de bric et de broc mais qui sait jouer au rugby. Avec en tête de gondole : leur gros numéro 8, leur 10 très dynamique et surtout leur redoutable centre (que en interne on a surnommé le Kanach sans certitude aucune sur ses origines iliennes).
Les Rubygnoles : alors que je me souvienne ….

  • Devant : JP, Mark, Vincent, Sly, Rod, Mimosa, Yann, Tiennav, Fran-Fran, Le grand Tom, Fab et Charlie
  • Demi : Môme, Blondasse
  • Derrière : Riton, Fred, Raph, Jo
  • Et exceptionnellement pour le plus le grand plaisir de tous, en numéro 15 : Roland !!!
  • Supporters et trices : Alex, Gaspard, Jules, Momette, Lili, Sacha

Arbitre : Arbitre

Match :
Coup-d’envoi,
Voilà…
Bon…
Après ce fut un match assez classique somme toute, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise. On avait le droit de jouer au pied partout sur le terrain et les Frogbeef l’ont plutôt bien fait ce qui nous a souvent mis en difficulté. On s’en est quand même sortie grâce à notre super alignement en touche, le jeu au pied de Blondasse et Môme, et bien sûr grâce à la couverture vigilante de Roland à l’arrière.
Il est pas mal Roland à l’arrière, en tout cas il est drôle. Toujours bien positionné pour récupérer les coups de pied adverse grâce à son sens de l’anticipation. C’est après que ça se complique, dans l’exploitation de la balle. Difficile aussi pour lui chaque fois d’avoir à choisir entre soit relancer tout seul sur 2 m, soit taper un coup de pied de dégagement de 2m50. Dans le premier cas tu peux peut-être espérer conserver le ballon jusqu’à l’arrivé d’un très hypothétique soutien, dans le second t’as quand même gagné cinquante centimètres de plus… ça se discute … moi à sa place j’aurais systématiquement fait un en-avant sur chaque réception, classique, tu ponctues ça d’un « Oh merde » histoire de faire croire que t’as pas fait exprès et voilà tout le monde est content, le jeu repars ensuite sur une mêlé, tranquille.
Notre touche aussi fut performante avec Charlie et Grand-Tom comme sauteur. A un moment grâce à un habile coaching, les deux sont sortis en même temps. On s’est retrouvé qu’entre petits gros. Sans pèse personne je te dis pas la galère pour choisir qui allait sauter, en plus par coquetterie je suis sûr qu’y en a qui mentent sur leur poids. Bref du coup on a arrêté de sauter en touche.
Y avait aussi un arbitre qui annonçait super vite les rucks, il les annonçait même avant le plaquage dis donc, pas facile de gratter dans ces conditions.

Sinon au niveau du déroulé du match ça donne grosso-modo :

  • 5ième minute : Paf, essai de Riton qui pulvérise la défense adverse après plusieurs temps de jeu. Joie chez les Rubygnoles, on se dit c’est cool on va le gagner ce match. Môme commence à avancer la notion de « match référence » ©.

1-0 pour les Rubygnoles

  • 6ième minute : Essai des Frogbeef après un beau jeu au pied, récupération et plusieurs temps de jeu. Abattement et désespoir chez les Rubygnoles, l’ombre de Guirado flotte sur l’équipe, Môme se rétracte et nie avoir parlé de « match référence » ©.

1-1

  • 17ième minute : Attaque du Kanach qui, ballon en main, passe en revue toute la défense Rubygnoles plus rien ne semble pouvoir l’arrêter !!!!! Il file inexorablement vers l’essai de sa course chaloupée et puissante !
  • 17ième minute et 1 seconde : Plaquage en planche de Riton sur le Kanach,
  • 199ème minute : Attaque du Kanach qui, ballon en main, passe en revue toute la défense Rubygnoles plus rien ne semble pouvoir l’arrêter !!!!! Il file inexorablement ….
  • 19ième minute et 1 seconde : Plaquage en planche de Riton sur le Kanach.
  • 249ème minute : Attaque du Kanach qui, ballon en main, passe en revue toute la ….
  • 24ième minute et 1 seconde : Plaquage en planche de Riton sur le Kanach.
  • 289ème minute : Attaque du Kanach qui commence doucement en avoir plein les pattes…
  • 28ième minute et 1 seconde : Plaquage en planche de Riton sur le Kanach.
  • 35ième minute : En avant de Roland à la réception d’une chandelle. « Oh merde » déclara-t-il sobrement. Mélé.
  • 40ième minute : Mi-temps

Discours de Fran-Fran sur le thème de « c’est bien mais on peut faire mieux ». Approche prudente de Môme sur le fait que ce serait bien que ce match soit un match de référence à condition qu’on le gagne, parce que c’est un peu con de choisir une défaite comme match de référence (sauf quand tu as que ça en magasin, un peu comme l’équipe de France).

  • 40ième minute et 1 seconde : Reprise
  • 43ième minute (à peu près) : débordement de Môme bien décalé sur l’aile suite à une attaque grand large des Rubygnoles. Il poursuit au pied, cours, dépasse tout le monde et aplatit le premier le ballon dans l’en-but

2-1 pour les Rubygnoles

  • 50ième minute (au pif) : On est acculé dans nos camps. On subit. On souffre. On défend, mais on recule. L’ennemi est dans nos 22, aaaah le suspense est insoutenable !!!
  • 51ième minute : Les Frogbeef ouvre pour servir leur arme fatale : Le Kanach !!!
  • 51ième minute et 1 seconde : Interception de Riton au nez et à la barbe du Kanach qui part d’une course disons mesurée vers l’en-but adverse. Tellement mesurée la course qu’il a failli se faire reprendre, bref….

3-1 pour les Rubygnoles

Bon à partir de là en face ça craque, physiquement c’est dur, moralement ils y croient plus. Il reste plus que leur numéro 8 et leur 10 pour tenir la baraque et relancer les gars.
Môme y va de son doublé toujours en mode RunStatics : je tape, je cours, je marque, je publie sur Whatsapp.
Suite à un superbe môle de près de 20m (pareil je dis ça au pif, j’ai pas mesuré) François marque aussi. Le grand Tom y v aussi de son essai je ne sais plus comment.
On finit tout de même aussi par en prendre un.

Fin du match : 6-2 pour les Rubygnoles !!!!

Après match :
Joie franche et peut-être un petit peu trop démonstrative des Rubygnoles, il faut dire que malgré l’ampleur du score ce n’a pas été un match facile. On était vraiment content de gagner. Môme a pu enfin franchement parler plusieurs fois de « Match de référence » © (au discours d’après-match, sous la douche, dans les vestiaires, à l’apéro, le soir en s’endormant, le lundi au boulot….).
Après on est allé au Pub de Saint-Germain pour fêter ce « Match de référence » © en prenant une bière de référence et quelques frites de référence.

Photo de référence

Man of the match de référence : Riton of course. Quel match nom de Dieu il nous a sorti le Riton. En attaque, en défense, tout en puissance, il a fait exploser le centre du terrain. Encore bravo mon Riri !

L’indécis of the match de référence : Yann. En fin de match il aurait pu marquer un essai de plus, mais non il attendait, il tergiversait, il tournait en rond dans les 22 m adverses ballon en main à attendre on ne sait quoi, un soutien inutile peut-être, une réaction de la défense sans doute. Du coup il a pas marqué, va savoir pourquoi, la flemme ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.