Compte-rendu du match du 20 octobre contre les Rebelles

Compte-rendu du match du 20 octobre contre les Rebelles

 

Oooooh c’est beau !!!!

Hello,

Second match de l’année et première victoire en forme de retour vers le futur : y a deux semaines avec les Papa’s on se faisait laminer par Marty Macfly, et là on se venge sur le Doc. Et ça nous va beaucoup mieux. On dira ce qu’on veut mais on est quand même plus à l’aise quand on se tape du vieux, du dialysé, du mou de la prostate que du p’tit jeune musculeux débordant de testostérone.

Contexte :
Match à Fontenay-en-Parisis, à la campagne en quelque sorte, au milieu des champs, de la boue…loin de Paris et de ses vicissitudes… heureusement on y est resté le moins longtemps possible.

Les équipes :

En face : Essentiellement du vieux donc plus Alain qui lui est sans âge mais pas sans embonpoint. En fait, comme notre Barbaco, la seule chose qui varie chez Alain avec le temps : c’est le poids. Le reste ne bouge pas, il ne change pas de tête, ni rien. Et quand il fait un régime hop il remonte le temps.

Nous : Un tiers de vieux, un petit tiers de jeune et un gros tiers de « entre-deux ». 23 joueurs au coup d’envoi, beaucoup plus que nos adversaires, mais surtout du gros, pas trop de trois-quarts. Dans le détail ça donne :

  • Devant : Rod, Lolo (et son genou tout neuf), Sly, Manse, Vincent, Menestrel, Fab, Thomasse, Rintintin, Lulu, Y’a Yann, Roland, Fran-fran, Loup, J-P, Dam,
  • Derrière : Fred, Alex, Iannis, Gluft, Tom, Jo et Dam3,
  • Qui avait oublié ses godasses : Branchouille
  • En approche mais qui n’est jamais arrivé : Blondasse
  • Qu’on attend toujours depuis le match des Papa’s : Mowglie
Musée Grévin

Le match :

Début de match extrêmement équilibré puisque pendant les 20 premières minutes les deux équipes ne sont pas sorties de la bande 10 mètres de part et d’autre de la ligne centrale se livrant un combat à peu près aussi palpitant que celui de deux presses livres sur une étagère.
C’est au moment où l’arbitre se demandait s’il n’allait pas se faire installer une chaise d’arbitrage en hauteur, comme au tennis, que finalement la situation se débloquait  par une attaque somme toute classique de nos trois-quarts. Correctement lancé, Iannis prenait un intervalle et allait inscrire un premier essai.
Ce premier essai réveilla un peu nos adversaires qui faisant fi des recommandations de leurs médecins traitant se jetaient avec heu…ardeur dans la bataille. Suite à du beau jeu d’avant ils nous repoussèrent jusque dans nos 22 pour ensuite pénétrer en force dans notre en-but mais malheureusement sur le dos. Essai justement refusé. Ils avaient raté le coche et par la suite leurs moyens étaient un peu trop limités pour arriver à franchement nous déstabiliser et marquer. Ceci dit nous non plus nous n’arrivions pas à faire grand-chose et nous buttions régulièrement sur leur défense. La différence s’est faite grâce à nos trois-quarts plus inspirés : Iannis marqua un second essai et Alex réalisa son dixième en-avant.
Ça a vraiment été des moments très agréables de voir Alex vendanger tous ses ballons…surtout après son discours d’y a quinze jours…On se demandait quand il allait réaliser que ses copains trois-quarts faisaient exprès de lui envoyer des briques dans la gueule. Le point sublime fut atteint quand sur le seul ballon qu’Alex réussi à rattraper, sur une percé de Yann, et où Alex marque un essai, tous les Rubygnoles se sont précipité pour demander à l’arbitre de refuser l’essai pour un en-avant qui lui avait échappé.
Ensuite le jeu se stabilisa de nouveau de part et d’autre de la ligne médiane jusqu’à la mi-temps ce qui fit amèrement regretter à l’arbitre de ne pas s’être fait aménager une palombière dans le rond central.

2-0 pour nous à la mi-temps.

Discours à la mi-temps : « Plus d’agressivité, les gars, plus d’agressivité !! Vous êtes trop gentil avec le troisième âge ! Arrêtez de vous dire qu’en face cela pourrait être votre  grand-père ! Oubliez Mamie-chat et son quatre-quarts au beurre ! Pensez plutôt au pognon de dingue qui part dans les retraites ! »

Reprise :
Les Rebelles, ayant profités de la mi-temps pour faire une petite sieste et prendre leur médicament, sont revenus sur le terrain avec une pêche éblouissante. Ils étaient pimpant dis donc, on aurait dit Charles Aznavour au casino de Paris en 1974. Ça déboulait de tous les côtés à un rythme effréné, orchestré de main de maître par un Alain repositionné en 10. Wahouuuu !!!
Deux minutes après le charme était retombé, ça ressemblait toujours à  du Charles Aznavour mais à la MJC de Pontault-Combault début 2018.
Les deux équipes reprenaient alors leurs petites habitudes de vieux, au centre du terrain, tranquille, de la table au lit, puis du lit au lit … pendant que l’arbitre lui organisait une réunion de chantier avec ses architectes sur un projet de construction d’un belvédère.
Après quelques nouveaux en-avant d’Alex essayant de faire oublier notre regretté Grenouille, c’est Tom qui s’échappe pour marquer le troisième et dernier essai de la partie.

Victoire Rubygnoles 3 à 0.

Après –match :
D’abord Tombola, Bingo et tournoi de Canasta au club house des Rebelles, puis embouteillage sur l’A3 pour finir par repas et apéro rue Titon (Ouf enfin de retour à Paris !).

 

Y en a marre Of the match : Mais putain, quand c’est qu’il va pleuvoir !!! Y en a marre de ces terrains durs comme de la pierre ! Ras le bol d’y laisser ma hanche en plastique ou mon col du fémur en carbone à chaque plaquage !!! Moi qui était plutôt pour le réchauffement climatique je commence à regretter mon choix (la prochaine fois je voterai contre).

Faux-culs of the match : Je voudrais quand même chaudement remercier les Rebelles pour leur super accueil, leur excellent état d’esprit  et le match de samedi. Tous ces éléments qui ne sont pas forcément mis très en valeur dans le présent compte-rendu.

 

Voilà c’est tout,

Gros bisous les aminches.

2 Comments

  1. Anonyme

    Quel talent ..!

    Répondre
  2. Boni

    Damesque, Damfer Comme Dammitude !!
    Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.