Compte-rendu du match du 21 avril 2017 contre les Verts Galants

Compte-rendu du match du 21 avril 2017 contre les Verts Galants

 

Contexte : Match vendredi soir à Saint Ouen L’aumône

C’est la soirée de ceux qui savent. Le match des initiés. Mieux que de se faire fouetter les fesses ou mordiller les tétons, plus délicieux que l’épilation à la cire, plus lubrique qu’une soirée échangiste avec une harde de phacochères, plus engagé qu’un cunnilingus sur une obèse poilue, plus cruel qu’une séance cuir avec une maitresse SM thaïlandaise, plus troublant qu’un combat de catch avec des sœurs siamoises lesbiennes, plus terrifiant qu’une relance de Lucho depuis ses 22, aussi agréable qu’une conversation avec Zapata : le match contre les Verts Galants.
Du gros, du lourd, du pas beau, du sans cou. De la viande, du cassoulet, du confit, c’est la fête du gras au ras des regroupements. Régime hyper protéiné : Comment prendre 800 kilos de barbus lancés pendant 80 minutes.
Tout ça sur un terrain dur comme du diamant, bienvenu, welcome, wilkommen, dans l’enfer du plaisir et de la luxure en crampon, heureusement ce n’est qu’une fois par an.

Les équipes :

Rubygnoles :
De tête :

  • Devant : Rod, Sly, Fran-Fran, Fabrice, Tiennav, Grenouille, Fred, Loïc, Jean-Pierre, Roland
  • Charnière : Tom et Iannis
  • Centre : Zapata et Montagne
  • Le reste (Ailier, arrière….les trucs où il faut courir) : Lucho, Raph, Octo et Jo, plus un jeune qui s’est démit l’épaule.

Les Galants :
A vu de pif :

  • Devant : 150, 120, 135, 95, 100, 180, 810, 12, 75, 130, 100, 95 kilos….
  • Derrière : Maitresse Wanda, La fouetteuse, la mère Tape-cul, Lili la Tigresse, Mado le tonneau, Cyndi le poireau et Jacqueline la coquine….

Le match :

Comme d’hab avec les Verts Galants j’ai envi de dire (voir CR des années précédentes) : Au début ils essaient un peu de jouer à la main, puis rapidement ils se rappellent qu’ils savent pas faire et jouent tout devant.
Nous, bon ben nous, bon, on défend hein ? Qu’est ce qu’on peut faire d’autre ? De toute façon ils ne cherchaient pas spécialement à nous éviter, en fait même c’est le contraire : ils nous visaient franchement. Donc devant on se fait concasser, comme d’hab, et on compte dur comme fer sur nos trois quart pour, comme les années précédentes, remporter ce match. Las, malgré leur envi de bien faire et les attaques de la ligne par Iannis, cette fois ci nos trois quart n’ont pas réussi à faire la différence. Un seul essai sur interception (non, je ne dirais pas qui a marqué) en première mi-temps pour les Rubygnoles et un seul essai en force pour les Verts pas très Galants.

1-1 à la mi-temps

Ce fut à peu prés la même chose en second mi-temps, sauf que pour les rubygnoles c’est Iannis qui marque un essai grâce à un superbe débordement (au mépris de son adducteur droit) et les VG eux marquent deux nouveaux essais.

3-2 score final.

Et c’est tout ? Non bien sûr on a encore eu droit à une belle série de discours à la mi-temps aussi passionnant les uns que les autres. C’est beau la démocratie participative, ce n’est plus une mi-temps que l’on fait c’est une AG étudiante, manque plus que le vote à main levé : « Qui est pour que l’on continue le match ? », « La parole est à Fran-fran », « Moi je suis pour qu’on monte en défense » « Hors de question ta vision du rugby est petit bourgeoise et réactionnaire », « Pas du tout, espèce de collectiviste, je dis arrêtons de faire des passes. Seul l’individualisme peut permettre de libérer le joueur du rapport plaqueur/plaqué », « L’infrastructure détermine le jeu, c’est normal qu’avec un terrain aussi dur on évite d’aller au sol », « Si on demandait à l’arbitre de jouer avec nous ? ». Je propose que pour le prochain match, à la mi-temps on organise différents ateliers comme ça on pourra traiter plusieurs sujets en parallèle (avec un système de rapporteurs et de synthèse).

Autre point marquant : notre incapacité à marquer sur nos temps fort. On a campé 15 minutes en première mi-temps et 20 minutes en seconde à 5 m de la ligne adverse sans jamais réussir à franchir. Faut qu’on trouve une solution, une combi, je sais pas quoi, une feinte, un mouvement pré-programmé, pour arriver à marquer dans ce genre de situation, c’est vraiment trop frustrant. Un système de catapulte où Jean-Pierre et Grenouille prendraient Tom pour le balancer en cloche 5 mètre derrière la ligne.

Sinon la Roland Defense System a encore bien fonctionné : Monter, toujours monter, jamais attendre (en même temps sur ce match t’avais jamais à attendre très longtemps avant de te prendre un gros sur le coin du museau). Il y a aussi eu une très belle séquence avec des charges de Roland, Grenouille et Obiwan qui ont bien fait reculer la défense. Le problème après c’est d’arriver à lever la tête pour ouvrir et transformer le Je en Nous (N.B : Attention un jeu de mots hyper profond se cache dans cette phrase. Wouaaaa, putain je galère sur ce compte-rendu, allez hop je termine…).

Après match :

Concert et lasagne au bar du golf. Très sympa.., que dire,….j’ai bu de la bière, j’ai raconté des conneries, Iannis a parlé politique (ha ha ha trop drôle, vraiment il n’y connait rien ! hu hu hu), à un moment je crois que Tiennav a voulu jouer de la batterie…voilà, voilà…c’est à peu prés tout.

Encre flottante of the match : Moi, je suis me fais trainer  par terre sur quinze mètres accroché au maillot de leur gros numéro huit.

La combi en touche of the match : Décerné à Sly, manque de pot comme la combi s’appelle Roland, il a pas compris qu’il avait le droit de la faire. C’est vrai que c’est confusant aussi tous ces prénoms différents.

Au 13 mai les aminches…

2 Comments

  1. roland

    j’ai beaucoup ri !
    🙂
    super !!!

    Répondre
  2. Dirlo

    Merci Dam! Super comme d’habitude!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.