Compte-rendu du match du 7 décembre 2019 contre les Vieux-Glands

Compte-rendu du match du 7 décembre 2019 contre les Vieux-Glands

Intro : Oh putain le match des Vieux Glands, j’avais complétement oublié. Je suis grave à la bourre. Cette saison rien ne va, même les compte-rendu partent en cacahouètes. On n’a même pas de photos pour meubler…

A priori cette photo ne semble pas présenter un grand intérêt, sauf que quand même elle a été prise le même jour que le match, dingue non ?

Contexte : Match contre les sempiternelles Vieux-Glands au Polygone. En principe pas de problème, c’est du vu et du re-vu, la seule inquiétude c’est de savoir si nous et nos adversaires arriveront à présenter respectivement une équipe de quinze gus au coup d’envoi.
Mais la folklo ces dernières années c’est Game of Thrones, pour arriver à suivre les mouvements de joueurs, entre les fusions et alliances d’équipe, faut être trapu en géopolitique. Là ce que j’ai compris c’est que les Vieux glands avaient fusionnées avec les kiwis, eux-mêmes étant une résurgence des Océans. Sauf que les Kiwis y sont aussi vieux que les vieux glands, en fusionnant un effectif cacochyme avec un autre valétudinaire le résultat n’était pas brillant et l’effectif pas plus nombreux.
C’est alors, coup de pot, que les Vieux Glands s’acoquinent avec des joueurs du Quinze de la péloche. Jeune équipe nouvellement formée qui a un peu de mal à trouver/organiser des matchs.
Ce renfort, notamment à la charnière et au centre, a eu pour conséquence direct de faire effondrer drastiquement la moyenne d’âge des Vieux-Glands et indirectement de nous mettre la misère sur le terrain.

Lieu : la plaine du polygone

Les joueurs :

  • Chez les Rubygnoles : Branchouille, Jo, Roland, Rod, Sly, Mark, le grand thomas, le petit thomas, Gluft, Riton, Fab, JP, Rintintin, Grenouille, Tiennav, Ménestrel, l’Ex, Blondasse et Dam.
  • Chez les vieux Glands : à vue de pif je dirais qu’il y avait un tiers de vieux glands historiques, un tiers de vieux que je ne connaissais pas et un tiers de jeune.
Dans l’enfer des vestiaires …

Le match :
4ième minute : Essai des Vieux Glands. Leurs trois quarts nous prennent de vitesse, nous percent et jouent dans notre dos pour envoyer leur ailier à l’essai. Bon, on se dit que ce n’est pas grave, c’est normal, c’est le rugby moderne, avec les nouvelles règles tout va plus vite, dans un sens comme dans l’autre, n’y a pas à s’inquiéter.
6ème minute : On se fait encore prendre de vitesse, on est sauvé par un sauvetage du bout du monde, un formidable retour de Branchouille pour reprendre l’attaquant adverse. Branchouille se blesse sur l’action et est remplacé par Roland à l’aile.
8ième minute : Encore une fois on perd le ballon tout seul. Depuis le début on rend le ballon trop vite à l’adversaire. Et lui avec ces ballons il met de la vitesse trouve des espaces et nous marque un deuxième essai. Nous on se dit que c’est pas encore trop grave, avec le rugby moderne et tout ça, les nouvelles règles etc…
10ième minute : Encore une fois on se fait percer, cette fois ci c’est Jo qui nous sauve reprenant l’attaquant qui filait vers l’en-but, sans se blesser lui.
15ième minute : 3ième essai des Vieux Glands. Là le seul truc qu’on se dit c’est que l’on est en train passer pour des cons, nouvelles règles ou pas et qu’il faut que l’on trouve rapidement un moyen de juguler l’hémorragie.
20ième minute : Ouf ça va mieux, ça fait 5 minutes que l’on s’est plus fait percer. Gluft et Blondasse se sont mis en mode « placage qui fait mal » pour calmer les vagues adverses. Notre défense s’est bien resserrée, en face ça ne passe plus.
Dans les 20 dernières minutes, après notre problème de défense réglé, on a aussi arrêté de faire des cadeaux à l’adversaire. On a mieux protégé nos ballons et réussi à enchainer quelques temps de jeu.
Mis sous pression les Vieux Glands commencent à faire des fautes et on peut s’appuyer sur le jeu au pied de Blondasse et sur notre bon alignement en touche pour avancer et conserver le ballon.
Après une ou deux situations d’essai, que l’on n’arrive pas à conclure, c’est finalement Riton qui marque pour les Rubygnoles juste avant la mi-temps.

Mi-temps : 3 à 1 pour les Vieux Glands.

La seule photo potable du match, profitez en

Discours de mi-temps :
Sobre. Depuis la grande époque (saison 2017-2018) où on était 30 joueurs à l’entrainement, 25 en match, 15 à l’annexe et 8 à raconter sa vie à la mi-temps, les interventions se sont mécaniquement réduites. Là seul Roland et Thomas (le petit) ont pris la parole. Le premier, entre deux sanglots, pour nous dire comment c’était chiant de jouer à l’aile et le second pour nous faire part de son étonnement devant notre manque d’agressivité. « Moi, nous confia-t‘il, si j’avais votre physique, y a longtemps que j’aurais éviscéré quelqu’un ».

Seconde mi-temps :
Les Vieux-Glands essaient de nous refaire le coup du début de match en mettant un max de vitesse mais cette fois ça ne passe pas. Nous par contre on prend de plus en plus l’ascendant physiquement. A plusieurs reprises Tiennav et Grenouille déchirent la défense pour des raides solitaires qui malheureusement ne donneront rien faute de soutien.
Finalement vers la 60ième Grenouille s’échappe petit côté d’un regroupement dans les 22 adverses et sert Thomas bien décalé : second essai des Rubygnoles.
Dans les 20 dernières minutes les Rubygnoles poussent pour marquer ce troisième essai mais finalement c’est nous qui en encaissons un quatrième. Le fameux essai en coin avec le grand Thomas au placage où on ne sait, et on ne saura jamais, si l’attaquant est passé en touche avant ou après avoir aplati.
Ça ne change pas grand-chose au résultat : Victoire des Vieux Glands 4-2.

Oui, c’est bien la même photo que celle d’au-dessus

Après match :
Apéro et buffet devant les vestiaires organisés par Rod.
C’est là en discutant avec Vieux Glands Historiques qu’ils nous ont expliqués le holding de leur nouvelle équipe.

Blessure of the match : And the winner is … Branchouille of course.
Après 3 an de convalescence, il faisait son grand retour sur le terrain. Dés la 6ième minutes il réalisait une action défensive de grande classe, sauvant un essai et se blessant du même coup : déchirure des adducteurs, rupture des tendons sustenteurs des muscles abdominaux, fractures du col du fémur, broyage de la partie antérieur du cubitus, disparition des corps caverneux du scaphoïde ventrale, ablation des rognons, arrachage de la cuisse, enfoncement de la boite crânienne et il a choppé la chtouille.
Remet toi bien Branchouille, à dans sept ans.

« Courage Branchouille !! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.